Cérémonie du 8 mai 2017

Comme chaque année, la cérémonie de commémoration du 8 mai 1945 s’est déroulée sur la place de l’église sous un ciel de… novembre, devant un public peu nombreux .

Nos élus ont lu des textes rappelant la tragédie de ces années-là et l’impérieuse nécessité de se souvenir.

En voici quelques extraits :

«De nos iours, qui peut affirmer que la paix est à jamais acquise. Chacun sait qu’elle est un bien commun, précieux, mais fragile. Avons-nous oublié qu’une guerre fratricide pouvait ravager le continent européen ? (…) Celles et ceux qui sont nés après la guerre doivent se souvenir avec humilité de cette période. Nous n’avons pas été les témoins directs de cette tragédie. Nous n’avons pas vu les camps et les champs de bataille. (…)  Pour autant, se souvenir est une obligation ardente. ll est de notre devoir de ne pas oublier les causes qui entraînent la guerre, et les conséquences qu’elle amène à son tour. (…)  Je vous demande à tous d’être vigilants, d’être les batisseurs et les soldats de la paix de demain, elle vous appartient, elle nous appartient.»

«Le 8 mai 1945, la victoire des nations alliées consacrait la victoire de la démocratie, des valeurs universelles de la liberté et de la dignité humaine.

 Aujourd’hui, nous rendons hommage à toutes les générations de la Seconde Guerre mondiale.

Hommage aux combattants de 1940, hommage à toutes ces femmes et tous ces hommes issus de toutes les origines et de toutes les cultures qui conjuguèrent leurs efforts pour libérer le territoire national et faire triompher la fratemité.

Hommage aux Francais Libres, hommage aux Résistants de l’intérieur, de toutes convictions.

Hommage aux victimes de la déportatlon condamnées pour leurs idées ou pour ce qu’elles étaient, qui subirent l’innommable.

Notre pays s’est construit, après 1945, sur le souvenir de ces tragédies et par la volonté de vivre ensemble au sein d’une Europe en paix, unie, préservée des nationalismes et des idéologies totalitaires.

C’est cette volonté qui a permis la reconciliation des nations européennes et c’est sur cette base que la construction européenne fut possible. Aujourd’hui, soixante ans plus tard, l’union de ces nations est la garantie de la préservation de la paix et de la liberté des Européens.»

 

La cérémonie s’est conclue avec le traditionnel verre de l’amitié dans la salle polyvalente.