11 Novembre 2015: 1915-2015 Cérémonie

Commémoration du centenaire de la Grande Guerre au Monument aux Morts ce mercredi 11 novembre.

Voici l’essentiel du texte de l’allocution prononcée par notre maire :

DSC_1376DSC_1371

 « Quand nous sommes arrivés par ici au mois de novembre, cette plaine était alors magnifique avec ses champs à perte de vue, pleins de betteraves, parsemés de riches fermes et jalonnés de meules de blé. Maintenant c’est le pays de la mort, tous ces champs sont bouleversés, piétinés, les fermes sont brûlées ou en ruines et une autre végétation est née : ce sont les petits monticules surmontés d’une croix ou simplement d’une bouteille renversée dans laquelle on a placé les papiers de celui qui dort là. » Ces mots sont ceux de Michel Taupiac, dit «François», 29 ans en 1914, fils d’ouvriers agricoles du Tarn-et-Garonne.

J’ai voulu commencer par ce témoignage si précieux de ce conflit dont la mémoire nous rassemble aujourd’hui. (…) Mais si nous sommes réunis, c’est bien davantage pour honorer notre devoir de mémoire que pour célébrer une victoire qui, au fil du temps, s’est empreinte d’un goût amer. Comment parler de victoire lorsque l’on dénombre, au lendemain de cette guerre, pres de 10 millions de morts, deux fois plus de blessés, quelque 6 millions de mutilés.

DSC_1383 DSC_1384

Le bilan de la Grande Guerre fut atroce ! C’est qu’en 14 la guerre avait changé d’échelle. Les progrés de l’industrialisation, qui avaient semblé apporter le bonheur aux hommes, se retournaient contre eux.

Et tout d’un coup la guerre prenait une figure apocalyptique. Tous nos soldats, partis des villes et des campagnes dans l’enthousiasme de cet été 14 — « la fleur au fusil », comme on l’a dit depuis —, se retrouvaient soudain piégés dans la boue des tranchées, sous la pluie des obus, sous les rafales des mitrailleuses, dans les vapeurs asphyxiantes des gaz moutarde.

Tous les combattants de ce conflit, dont l’année écoulée a marqué le début du centenaire, sont aujourd’hui disparus. La Grande Guerre est passée de la mémoire à l’Histoire.

Cette histoire, Paul Valéry disait qu’elle « donne les clés pour comprendre notre présent et les moyens de penser notre avenir ». C’est bien le sens de cette commémoration. Chaque 11 Novembre est l’occasion de se souvenir qu’une guerre ne vient jamais par hasard.

Le combat pour la paix n’a rien d’un combat d »arrière-garde. L‘engagement des peuples représente au contraire une condition indispensable au maintien de la paix.

Transmettons à nos enfants les valeurs de la paix. Souvenons-nous que l’expérience de la vie aide un homme à se bâtir et que l’expérience de l’histoire aide un peuple à se construire.»

DSC_1377 DSC_1378

 

 

 

 

L’adjointe au maire a ensuite lu le message du 11 novembre 2015 du Secrétaire d’Etat, chargé des Anciens combattants et de la mémoire rappelant le sacrifice des soldats sur tous les fronts et les pertes effroyables (l’année 1915 fut la plus meurtrière de tout le conflit). En voici la conclusion :

DSC_1386 DSC_1388

«Tous les «morts pour la France», hier dans la Grande Guerre, dans la Seconde Guerre mondiale, dans les guerres de décolonisation, aujourd’hui dans les opérations extérieures sont désormais réunis dans le souvenir et dans l’hommage de la Nation. Ne pas les oublier et transmettre le message mémoriel aux jeunes générations est notre devoir et relève de notre responsabilité collective.»

L’assistance a ensuite été conviée au traditionnel vin d’honneur dans la salle polyvalente où se tient actuellement l’exposition «1914 – 1918, l’Oise se souvient».

 

DSC_1398 DSC_1394 DSC_1392